Nos ateliers sbinisti juillet 31, 2022
Aider votre enfant à conscientiser : Ses émotions Sa communication Son empathie

Grâce à la dynamique du groupe et à travers différents supports et exercices, les ateliers psy permettent de développer plusieurs aptitudes.

PREMIER ATELIER

Les émotions sont des alliées

Pour les enfants, la gestion émotionnelle n’est pas toujours aisée. Quelle soit explosive ou silencieuse, l’émotion peut engendrer un mal-être chez l’enfant et impacter son quotidien ainsi que celui des personnes qui gravitent autour de lui.

L’intérêt de l’atelier que nous proposons est de développer plusieurs compétences relatives à la gestion émotionnelle.

Qu’est ce que la gestion émotionnelle ?

Les émotions sont omniprésentes dans notre quotidien. L’expérience nous apprend comment les vivre de façon plus sereine et comment garder un comportement social adapté.
Pour les enfants, la gestion émotionnelle n’est pas toujours aisée. Quelle soit explosive ou silencieuse, l’émotion peut engendrer un mal-être chez l’enfant et impacter son quotidien ainsi que celui des personnes qui gravitent autour de lui.
Ainsi, apprendre dès le plus jeune âge la gestion émotionnelle (aussi appelée la régulation émotionnelle) comporte de grands bénéfices.

Selon le modèle de régulation émotionnelle de Gross & Thompson (2007), il existe plusieurs phases lorsque nous sommes confrontés aux émotions :

1) La situation

C’est une phase qui a pour but d’anticiper l’évaluation de l’état émotionnel recherché.
L’individu peut tenter de modifier la situation et ainsi moduler l’impact émotionnel qu’elle génère. Par exemple : si l’enfant doit réciter une poésie devant ses camarades, il peut la réciter devant ses parents et commencer à se visualiser en action.

2) Le déploiement attentionnel

 

Il s’agit de sélectionner des stimuli sur lesquels se concentrer afin de réguler ses émotions. Exemple : lors d’une sortie scolaire, l’enfant peut se focaliser sur les disputes échangées avec certains camarades plutôt que le plaisir à réaliser cette sortie. Il est important pour lui d’apprendre à vivre le moment présent, avoir une vision plus globale de la réalité sans voir seulement les aspects négatifs.

3) Le changement cognitif

 

La phase d’évaluation. Par exemple : si les copains m’embêtent, je vais passer une mauvaise journée, m’énerver…. L’enfant peut apprendre à changer de regard sur la situation (exemple : relativiser, chercher des enseignements, des points positifs, trouver du sens, accepter qu’il ne puisse s’entendre avec tout le monde).

4) La modulation de la réponse

 

Il s’agit ici de comprendre les conséquences de la réponse émotionnelle. Des conséquences qui peuvent être physiologiques mais aussi expressives et comportementales. Lorsque nous en avons une pleine conscience, nous pouvons tenter de les influencer.  Exemples d’influences : relaxation, expression des émotions aux autres, recul sur son comportement.

Lorsque les enfants apprennent à gérer leurs émotions dans l’enfance, cela conduit à des attitudes et des comportements positifs à court terme, mais aussi tout au long de la vie.

Les études montrent que les enfants qui apprennent des façons saines d’exprimer et de gérer leurs émotions sont plus susceptibles de :
–       Montrer de l’empathie envers les autres
–       Réussir plus favorablement à l’école et dans le milieu professionnel
–       Avoir des relations sociales plus positives et plus stables
–       Afficher moins de problèmes de comportement
–       Développer de la résilience et des capacités d’adaptation
–       Se sentir plus compétent, capable et confiant
–       Avoir une image positive de soi de manière générale

Que propose les ateliers psy ?

L’intérêt de l’atelier que nous proposons est de développer plusieurs compétences relatives à la gestion émotionnelle.

Grâce à la dynamique du groupe et à travers différents supports et exercices (mise en situation, jeux ludiques, relaxation, photolangage, feedbacks, construction d’une boite à outil, etc.), les ateliers psy permettent de développer les aptitudes suivantes :

–       Connaitre les principales émotions
–       Comprendre le message de ses émotions
–       Aider les enfants à identifier et exprimer leurs émotions
–       Maitriser le vocabulaire émotionnel
–       Apprendre des stratégies de régulation émotionnelle
–       Comprendre l’impact de ses propres émotions sur les autres
–       Apprendre à éviter des situations propices à des émotions désagréables

Quel objectif pour votre enfant ?

Il est possible d’agir sur notre schéma émotionnel mais cela demande d’avoir intégré certaines compétences.
L’objectif des ateliers psy est de transmettre à votre enfant une bonne connaissance des émotions, de l’impact qu’elles produisent et de connaitre des stratégies adaptées.

Ces stratégies sont utilisables en anticipation (avant l’apparition des émotions) afin d’éviter de s’exposer à des situations propices aux émotions désagréables. Elles sont aussi utilisables postérieurement et permettent de comprendre comment réagir après l’apparition d’une émotion.

Quel profil d’enfant ?

Tous les profils d’enfant car la régulation émotionnelle se travaille à tout âge. Plus particulièrement, des enfants qui ont du mal à comprendre leurs propres émotions et qui se laissent facilement submerger par elles. Des enfants qui montrent certaines difficultés à trouver leur place au sein d’un groupe. Des enfants dont les émotions s’expriment de manière explosive et incontrôlée au point d’impacter leur relation aux autres.

DEUXIÈME ATELIER
Communication non violente

La communication non violente permet de reconsidérer la façon dont nous nous exprimons mais aussi notre façon d’écouter les autres. La communication non violente se définit aussi par un dialogue de générosité réciproque et d’empathie.

L’intérêt de l’atelier est de mettre à disposition des enfants des stratégies adéquates de gestion de comportement et des outils langagiers pour réussir à s’exprimer de façon non conflictuelle.

Qu’est-ce que la communication non violente ?

 

Le terme de « Communication non violente » (ou CNV) a été proposé par Marshall B. Rosenberg.
Il explique que la CNV est une pratique langagière fondée sur la bienveillance naturelle grâce à une meilleure compréhension de soi et des autres.

Elle permet de reconsidérer la façon dont nous nous exprimons mais aussi notre façon d’écouter les autres. La communication non violente se définit aussi par un dialogue de générosité réciproque et d’empathie. Il s’agit de mieux choisir ses mots pour réussir à faire passer son message de façon apaisée.

Le but étant d’être plus attentif à soi-même et aux autres.

La CNV repose sur quatre principes :
o   L’observation d’une situation
o   Les sentiments qui découlent de cette situation
o   Les besoins engendrés par ces sentiments
o   La demande à formuler à l’autre pour satisfaire ces besoins

Il existe trois styles de communication :

1) Communication assertive

Elle consiste à ne pas blâmer les autres et savoir écouter à tour de rôle.
L’objectif étant une relation plus apaisée. C’est ce mode de communication que nous travaillons dans les Ateliers psy.

2) Communication passive

Qui consiste à rester silencieux pour éviter les conflits.

3) Communication agressive

Ce dernier mode de communication empêche l’écoute de l’autre, il relève plutôt d’un ton plus hostile, les accusations, etc.

 

Que propose les ateliers psy ?

 

Nous proposons de mettre à disposition des enfants des stratégies adéquates de gestion de comportement et des outils langagiers pour réussir à s’exprimer de façon non conflictuelle.

Par exemple : comment apprendre à l’enfant à répondre de façon non agressive, comment éviter qu’il crie sur les autres parce qu’il ressent de la colère.

A travers la dynamique du groupe d’enfants et à travers différents supports (mise en situation, jeux ludiques, scénettes, création de boite à outil, etc.), nous proposons de travailler plusieurs compétences :

–       Apprendre à observer
–       Utiliser un langage qui permet d’exprimer ses idées en évitant les incompréhensions
–       Identifier ses émotions face à une situation
–       Donner à l’enfant des outils pour mettre en mots et dire à l’autre ses émotions (colère, tristesse, peur …)
–       Apprendre à connaitre ses besoins, comprendre comment les exprimer et ainsi les satisfaire
–       Modérer ses réactions de défense ou d’agressivité
–       Diminuer la critique et le jugement de l’autre
–       Garder une conscience de soi et des autres
–       Respecter et écouter autrui
–       Transformer l’impulsivité de l’action en intelligence verbale
–       Reconstruire des liens simples et sincères dans le respect de soi et de l’autre
–       Favoriser la coopération
–       Apprendre à mieux gérer les conflits

 

Quel objectif pour votre enfant ?

 

Une bonne communication permet à l’enfant de travailler sa confiance en lui à travers des interactions sociales saines et apaisées.
Ce processus est à double sens : savoir écouter est aussi important que savoir s’exprimer.
Le cerveau de votre enfant se développe aussi en apprenant à gérer ses émotions d’une part, mais aussi à bien les communiquer d’autre part. En apprenant comment les réguler, il peut de cette façon, produire un comportement social plus adapté.
Cet apprentissage sera bénéfique non seulement pour son propre bien être, mais aussi pour faciliter ses relations avec ses pairs (sphère scolaire ou familiale) et pour trouver sa place au sein du groupe.

 

Quel profil d’enfant ?

 

Tous les enfants quelle que soit leur sensibilité. Il n’est pas inné de savoir comment utiliser les mots pour exprimer ses besoins, apprendre à communiquer de façon bienveillante et recevoir les émotions des autres. Toutes ces compétences s’apprennent et il est très bénéfique pour l’enfant qu’il puisse y être confronté dès son plus jeune âge.

TROISIÈME ATELIER
Développer son empathie

L’empathie est souvent définie comme la capacité de comprendre les émotions de l’autre et de se mettre à sa place.

Selon Serge Tisseron (2010), l’empathie se construit en trois étapes : l’empathie affective, l’empathie cognitive et l’empathie mature.

L’intérêt de cet atelier est de travailler plusieurs compétences relatives au développement de l’empathie.

Qu’est-ce que l’empathie ?

L’empathie est souvent définie comme la capacité de comprendre les émotions de l’autre et de sa mettre à sa place.

Selon Serge Tisseron (2010), l’empathie se construit en trois étapes :

 1) L’empathie affective

 

Cette première étape a un fonctionnement automatique et intuitif. Elle consiste à se distinguer d’autrui et notamment différencier l’émotion de l’autre de la sienne. Par exemple, je comprends que l’enfant à côté de moi pleure mais je ne pleure pas. Cette étape apparait dès l’âge d’un an, l’enfant arrive à ressentir les émotions de l’autre.

2) L’empathie cognitive

 

Le deuxième niveau de l’empathie apparait vers 4 ans et demi. A ce stade-là, l’enfant comprend l’état mental de l’autre. Par exemple, je comprends que l’enfant à côté de moi pleure parce qu’il s’est fait gronder et qu’il est très sensible. Il commence à prendre en compte un bon nombre d’information sur autrui tels que le caractère, les conditions de vie, les particularités, etc.

3) L’empathie mature

 

Ce dernier niveau associe l’empathie affective et cognitive. L’empathie affective engendre des ressentis chez nous alors que l’empathie cognitive permet de réfléchir sur une dimension plus intellectuelle. Dans l’empathie mature, on combine la part émotionnelle et le recul cognitif. Il s’agit pour l’enfant de se dire « je vois que tu pleures, je comprends pourquoi, à ta place je pleurerais aussi ». Cette étape apparait vers 8 ans.

Que propose les ateliers Psy ?

 

L’intérêt de cet atelier est de travailler plusieurs compétences relatives au développement de l’empathie.

Hormis l’empathie affective qui est intuitive et automatique, les deux autres nécessitent un effort pour les enfants. Une aide à l’apprentissage leur est alors bénéfique.

Les Ateliers psys proposent de faire comprendre aux enfants les notions d’empathie et l’impact sur les relations sociales. De plus, en développant la compréhension de l’empathie à travers des outils adaptés et ludiques (débats, jeux coopératifs, appui du corps et du jeu théâtral, etc.), nous favorisons les échanges et l’entraide au sein du groupe.

Plusieurs compétences sont travaillées ici :

–       Distinction de mes émotions et de celles d’autrui
–       Compréhension des émotions des autres et de ce qu’elles me font vivre
–       Verbaliser les émotions de chacun
–       Comprendre les gestes, les attitudes et les mimiques de l’autre
–       Comment dialoguer
–       Comment réagir à une opinion différente
–       Aider à prendre la parole
–       Se percevoir au sein d’un groupe

Quel objectif pour votre enfant ?

 

Développer l’empathie permettra à votre enfant d’avoir des relations plus apaisées et de trouver sa place dans un groupe. De surcroît, cela peut lui permettre de différencier les émotions des autres des siennes. Ainsi, cela à un impact important sur son propre bien-être car s’il comprend que certaines émotions ne lui appartiennent pas, il peut éviter de se laisser submerger par elles.

Quel profil d’enfant ?

 

Tous les profils d’enfant. Pour des enfants sujets au sentiment de persécution, qui montrent des difficultés à s’intégrer aux autres, à trouver leur place dans le groupe, qui ont quelques problèmes de comportement ou qui se laissent submerger par autrui.
Ici nous leur apportons des outils pour changer de points de vue et ainsi se protéger de l’émotion des autres.